[NC-16] Bienvenue à Géolia ! Oubliez les robots pour vous servir ! Les hybrides sont là !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Au temple de la consommation [PV Mitsuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mar 28 Avr - 16:09

Il n’y a pas à dire, ce petit monde avait ses avantages. Cette île, Géolia, était plus un paradis terrestre qu’autre chose. J’imagine qu’elle pourrait aisément devenir un enfer. Mais l’insouciance collective et l’inconscience de tout un chacun rendait, pour le moment, cet univers aussi idyllique que possible. Pour les humains, en tout cas. Les hybrides, eux, n’avaient qu’à bien se tenir. Et il ne serait pas sot de qualifier le train de vie de leur population comme étant assez chaotique. Pas forcément pour tous, puisque la morale avait et aurait toujours son mot à dire. Néanmoins, comme partout, les déviants et négationnistes du système ne jamais acceptés et joueraient leur vie à chaque seconde. L’avenir appartenait aux mêmes que n’importe où. Les grands, les puissants, les maîtres…

Toutefois, pour moi, j’avais l’impression de me trouver là comme sur un terrain d’entrainement. L’île aux hybrides constituait un jeu en soi. Nul gouvernement oppressant, nulle instance de contrôle ou de surveillance. Rien qu’une sorte d’autogestion de la population, avec quelques hurluberlus pour chapeauter le tout sans entraves. Un condensé de civilisation, en somme. Ce lieu reflétait le monde moderne et apocalyptique, tout en se berçant d’espoir. Il était faussement pur, immoralement sain, incroyablement fou et illusoire.
Evoluant en son sein depuis des semaines maintenant, je voyais, à chaque carrefour, le théâtre d’une absurdité devenue réalité. Les hommes allaient, libres et sans raison. Les mi-humains suivaient, rôdaient, vivaient sans comprendre le pourquoi du comment. La seule explication logique pour que tout ceci tienne en place, c’était son isolement. Géolia était à part. C’était un micro-environnement, fermé à tout et ouvert à rien. Plus exactement, c’était une expérience. Une tentative. La souche d’un nouveau monde. Le laboratoire pour l’avenir. Et qui tirerait les ficelles ou s’en emparerait serait le plus apte à faire un pas vers le futur.

D’où je venais, on n’ignorait pas cela. Ceux pour qui je travaillais avaient parfaitement compris le rôle que jouait cette terre neutre, et quels étaient les enjeux. Mais plutôt que de chercher à tout contrôler, ils avaient fait le choix de simplement veiller à ce que tout cela reste dans cet état-là. Il n’était pas besoin de voir évoluer davantage les recherches faites ici. Ni même de se les approprier de quelques manières que ce soit. Mon rôle ? Préserver le côté hermétique de l’île et m’assurer que rien ni personne ne tente de percer à jour ou dévoiler au reste du monde les secrets de l’hybridation. Certes, les russes n’étaient détenteur de rien ici, sinon du savoir qu’ils avaient amené. Mais ils ne revendiquaient rien en retour. Les autres devaient s’en tenir à faire de même.

Songeant à cela, j’arpentais donc les allées de ce centre commercial sans véritable but. Ce dernier étant le reflet absolu de l’image que l’on s’habituait à voir de l’île, pour masquer tout ce qu’elle avait à cacher, j’appréciais de m’y balader pour comprendre le fonctionnement de ce mirage. En somme, on pouvait retrouver le schéma classique du vingt-et-unième siècle, avec sa consommation affolante, son affluence variable et présentement assez calme. En pleine journée, il n’y avait pas tant de clients que cela. Voilà pourquoi je pouvais en profiter pour mener à bien deux tâches simultanées : observer la populace avec distraction et me ravitailler en biens en tous genres, nourriture bon marché incluse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mer 29 Avr - 0:59

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Aujourd'hui comme tous les jours depuis mon achat, dans la chambre aménager par l'humain qui m'avait accueillit chez lui. Cela faisait maintenant un peu plus d'une semaine que j'étais arrivée, et on ne peut dire pas que ma relation avec lui c'est améliorée. Je continuais de lui grogner dessus à chaque fois qu'il était trop proche, lui montrait les dents, et j'avais déjà essayée plus d'une fois de le mordre. Bien sur j'avais essayée de m'enfuir d'ici pendant la nuit, en brisant une fenêtre avec une chaise, mais c'était sans succès, les vitres étant doublée. J'avais même réussi à me blesser avec le retour de la chaise, quelle plaie ! Je restais sous ma couette, entendant Hidan se lever pour se faire à manger, venant ensuite tenter de me sortir de mon lit, arrivant finalement à me sortir au bout d'une heure trente, appâtée par un steak cru, étant l'élément principal de mes repas depuis toujours. Je faisais quand même des efforts avec lui, trouvant que "bonjour","merci","bonne nuit" étaient assez suffisant quand je discutais avec lui, même si lui en revanche essayait un maximum de me faire parler.

Je prenais alors mon premier repas de la journée, étant d'ailleurs le seule puisque je ne mange pas vraiment beaucoup, sauf quand l'humain me propose une chose sucrée qu'il appel "chocolat", ce que je trouve assez bon, me retenant quand je mange pour ne pas lui montrer qu'il a raison. J'allais ensuite prendre ma douche, après avoir écouter le jeune homme me dire qu'aujourd'hui il voulait aller au centre commercial pour affaire, et qu'il voulait en profiter pour m'acheter des vêtements. Effectivement, mis à part une robe verte, une paire de collants marron et un sous pull blanc je n'avais rien d'autre, ce qui m'obligeait à dormir nue pour laver mes vêtements et les faire sécher pendant la nuit, ce qui déplaisait à l'humain puisqu'il râlait à chaque fois qu'il me voyait comme ça, me forçant à porter ces vêtements. Je revenais ensuite rapidement dans la pièce principale, c'est à dire le salon, voyant Hidan arriver avec une sorte de bracelet en métal, me l'accrochant rapidement au poignet dans un 'bip' aiguë, indiquant que l'appareil est en marche, me montrant ensuite son téléphone portable. Il m'expliquait alors qu'il avait acheté ça exprès pour éviter que je m'enfuis dans son dos, et que l'appareil m'enverrait une décharge électrique si je tentais quoi que ce soit : le retirer, m'éloigner, ou l'attaquer. Et qu'il était aussi muni d'une puce électronique qui indiquait ma position si j'y arrivais quand même. Seul lui peut le désactiver et le retirer depuis son téléphone portable. Je le regardais d'un air mauvais pendant toutes ses explications, alors que lui me souriait d'un air ravi.

Après quelques minutes, nous mettions en route en direction du centre commercial, étant emmenée en voiture par l'autre garde du corps de l'humain, après le rituel de sécurité habituel. Une fois sur place, la foule était plus qu'abondante, et je voyais plusieurs de mes congénères défiler autour de moi, trouvant cette scène horrible. Tous, sans exception, suivaient leurs maîtres sans rechigner, d'autre étaient même heureux d'être avec eux. De dégoût, voilà la seule chose que je ressentais à ce moment là. Les humains ne sont que des profiteurs, je ne vois pas pourquoi aucun d'entre ne se rebelle en pleine foule pour exprimer sa colère. Si seulement je n'avais pas ce bracelet je le ferais sans hésiter ... J'essayais alors une première fois de le retirer malgré les consignes qu'Hidan m'avait donné, me prenant une décharge à peine des canines posées dessus, ce qui me faisait couiner de surprise. Je voyais alors l'humain soupirer, me disant encore une fois que c'était inutile d'essayer. Je le suivait ensuite jusqu'à un café de la zone commercial, l'écoutant ensuite me demander d'aller lui acheter quelques chose. Du lait ? Pourtant il n'en boit pas, mais je me doutais que c'était une simple excuse pour m'éloigner pendant qu'il allait faire ses affaires, et je n'allais pas louper une chance pour me balader seule.

Je m'éloignais donc de lui, allant vers la boutique qu'il m'avait indiqué avec l'argent en poche, observant les gens en agitant nerveusement ma queue avec les oreilles à un peu abaissées, à l’affût du moindre bruit. Je continuais de marcher, sentant plusieurs regards sur moi, surement parce que je me baladais sans maître et à cause de ma fourrure blanche de kitsune qui était rare de par sa couleur. Au bout de quelques mètres, j'étais arrêtée par un homme qui voulait apparemment me séduire. Mon regard changeait, et je grognais lourdement, avant de lui coller un coup de pied dans ses parties génitales, et un coup de poing au visage, le laissant gémir de douleur à terre avant d'avancer comme si de rien n'était. Je regardais autour, essayant de voir si des agents de surveillance m'avait remarquée, mais rien pour l'instant. Je reprenais alors un air neutre, avançant vers la boutique ou je devais aller, ayant remarquer qu'un humain aux cheveux blonds avait fixé la scène du début à la fin, ne lui prêtant pour l'instant pas attention.

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mer 29 Avr - 10:06

Je n'irais pas jusqu'à dire que le centre commercial était un endroit plaisant. Ayant plûtot tendance à chercher à me distinguer de la foule et à lui préférer la paix, la tranquillité tant par le silence et la solitude, je n'étais généralement dans ce genre de lieu que par nécessité. Sauf que cette fois-ci, un élément devrait venir troubler l'apathie collective et ennuyeuse. Parce que, soyons clairs, si les commerces sont emplis de bruits et d'agitations, il ne sont finalement que mouvements inutiles et symboles de démotivation. Il ne faut pas chercher à trouver de signes de richesse ou d'enthousiasme dans la volonté farouche des hommes à se ruiner en achats. Ce n'est que perte de temps et résignation face au manque d'autres possibilités.

Quoi qu'il en soit, je ne puis affirmer que cela consistait en une corvée pour moi. Etant observateur de nature et habitué à me mouvoir en milieu hostile, je m'amusais de l'ambiance négative, floue et constamment sous tension. Les humains ne s'aiment pas entre eux. Et je ne crois pas qu'ils apprécient davantage les hybrides. Mais au moins, avec eux, ils arrivent à faire semblant et en sont comblés.
Pour ma part, vigilant et consciencieux, tout en cherchant les produits qui satisferaient mes besoins vitaux, je portais un sac s'alourdissant de minute en minute. Et c'est là que je la vis. Au tournant d'un rayon, au contact d'un homme quelconque, elle le roua de coups sans hésitation apparente. Mes yeux se plissèrent alors et tout un tas de conjectures s'imposèrent à moi.

Etait-ce une hybride libre ?
Si oui, que ferait-elle ici, dans la gueule de la bête ?
Et si elle ne l'était pas, était-ce son maître ?
Si non, où était donc celui-ci ?
Si oui, qu'allait-il se passer maintenant qu'il était au sol ?
Et surtout, qu'était cette créature là, à la fourrure si blanche et à la peau si laiteuse ?

Inspectant de mon regard la situation qui s'éternisait, je n'éprouvais la moindre sympathie pour l'homme. Mais de l'agitation, encore, naissait au loin. Les cris de contestation de celui gisant au sol ne seraient pas sans susciter l'indignation.
C'est pour cela que je m'étais plus ou moins rapproché de la scène. Prenant toujours pour prétexte de faire mes courses et de prendre ce qu'il me fallait en rayon, je regardais l'étalage en pinçant un temps des lèvres. Quelques oeillades de clients n'appréciaient pas ce qu'ils voyaient de la kitsune. D'autres s'éloignaient. Une alarme sonna dans ma tête pour me dire que les voix approchant étaient celles de la sécurité.

"Reste près de moi."

Intimais-je sans plus d'explications à la demoiselle. Sans la regarder ni me laisser déconcentrer de mon activité de pseudo-recherche, je détaillais le rayon en silence. Du coin de l'oeil, j'admirais néanmoins cette créature et continuais à me questionner sur son cas. Mais n'en faisant cas, je m'apprêtais à la prendre sous ma protection pour l'arrivée des agents, s'ils venaient finalement. J'ignorais si cela viendrait, mais je pourrais toujours annoncer qu'elle est ma possession.

"Ton prénom."

Lui demandais-je sans plus de cérémonie. Me décalant pour poursuivre mes emplettes, j'attendais juste qu'elle suive. Ce serait ma route ou la sienne, mais son avenir proche n'en serait certainement pas tout à fait le même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mer 29 Avr - 11:59

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Je continuais de regarder autour, m'approchant du rayon l'homme blond était, est-ce qu'il avait un problème à rester là, sans bouger, et a me fixer comme ça ? Si c'est le cas, alors il terminera comme l'autre pervers, qui commence à pleurer tellement il a honte d'avoir reçu des coups d'une hybride. Je me stoppais dans ma marche, mes oreilles commençant à s'agiter un peu dans tous les sens, entendant les hommes de sécurités s'approcher. Je soupirais lourdement, imaginant la tête d'Hidan quand il allait devoir venir me chercher en cellule, parce que j'aurais frappé l'homme à terre, plus surement les quelques humains qui se rapprochaient. Ce soir, je pouvais dire adieu à mon verre de chocolat que cet humain me donnait chaque jour, pour essayer t'attirer ma sympathie. Je regardais vers la direction de là où venait le bruit, redressant les oreilles en agitant légèrement ma queue, commençant à changer la pupille de mes yeux, sur le quai vif.

J'attendais patiemment qu'ils arrivent, de toute manière, ayant un "maître", ils ne pourront rien me faire de spécial, et le bracelet autour de mon poignet et là pour le démontrer. Le seul problème est où est Hidan ? Je sais à peu près où je l'avais quitté mais je dois avouer que l'orientation n'est pas mon fort, ayant toujours vécue en cage avant. Je cherchais quand même une solution avant d'être avertie par l'humain blond, qui remarquait seulement l'arrivée des gardes, m'ordonnant de rester à coté. J'allais me mettre à grogner et lever le poing pour lui donner aussi un coup violent, ayant seulement le temps de grogner légèrement avant de comprendre l'idée. Cet humain aller me servir de faux maître devant les hommes qui arrivaient, et même si au final il me vendait à eux, la chose reviendrait au même point de départ, mais j'aurais sans doute le temps de le mordre à la gorge, lui. Je me taisais, attendant de voir la suite en ne bougeant pas de ma place, me considérant assez proche, l'entendant me demander mon prénom. Je ne lui répondais pas, jugeant ça inutile, au pire il n'avait cas en inventer un de manière aléatoire et je ferais genre d'y répondre.

Je le voyais avancer, et je le suivais de quelques mètres de distances quand même, ma queue s'agitant nerveusement pour me trahir de ma méfiance. Les hommes arrivaient rapidement, allant aider l'humain à ce relever, lui me désignant du doigt en m'insultant de divers mots. Ratée, sale chienne ... Son vocabulaire n'était vraiment pas développé, et dieu seul sait à quel point mon envie de le violenter était forte à ce moment là, mais si je bougeais le petit doigt, les quatre hommes allaient me neutraliser toute de suite. Je me contentais alors de rester proche de l'homme aux cheveux dorés sans ouvrir la bouche, voyant l'un des quatre humains se rapprocher vers celui qui tentait de m'aider.

- Elle est à vous ?

Je fixais l'agent de sécurité d'un air mauvais, prête à lui sauter au cou, regardant brièvement l'autre du même air, pour lui faire comprendre que je n'hésiterai pas à lui faire subir la même chose que l'autre, si il essayait de me vendre alors que c'était lui qui m'avait proposé de rester.



HRP : Désolé s'il y a plus des fautes que d'habitude je suis à moitié réveillée x)

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mer 29 Avr - 17:14

J’ai pour habitude de me dire une chose, qui n’est autre qu’une citation d’un poète ancien, aujourd’hui oublié et ignoré des habitants de Géolia. Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience. Eh bien, il s’avère que cette maxime est toujours exacte, et que quoi que je fasse, elle entre décidément en compte. J’aurais très bien pu rester à m’occuper de mes affaires, sans m’occuper d’elle. Mais à quoi aurais-je été utile ? Je pourrais très bien me dire que ma vie a son lot de problèmes et je trouve toujours comment tirer mon épingle du jeu. Seulement, ce ne serait pas la même chose. Pareillement pour elle. L’hybride aurait très bien pu rester calme, refouler l’homme verbalement et s’en aller. Mais il n’y aurait pas eu le même enjeu, ni autant d’intérêt. Quant à ce dernier, il était la raison de toute cette agitation. Et finalement, celle-ci n’était pas aussi illusoire ou inutile que celle qui régit l’ensemble du centre commercial. Ce mouvement excessif-là… cette montée en tension, je l’aime autant qu’il me plait de la gérer. Car il va sans dire, l’important dans le trouble, c’est la propension à le canaliser et le contrôler. Ainsi va mon existence. J’aime dominer.

N’ayant droit au moindre mot venant de l’inconnue à la peau blanche, je remarquais malgré tout sa capacité à comprendre et me suivre. C’était très bien. C’est tout ce qu’il fallait. Un prénom aurait été bien aussi, mais tant pis. Je me contentais d’être à ses côtés et de faire mine de continuer mes courses quand la fine équipe arriva. Des hommes de la sécurité. Classique. J’avais l’impression, toutefois, qu’ils n’étaient pas comme les vigiles ordinaires que l’on a l’habitude de croiser sur le continent. Ceux-là étaient sûrement plus habilités à s’occuper d’affaires concernant les hybrides. Le lien homme/mi-humain ou maître/hybride, est sans doute plus problématique qu’il n’y parait.

Tournant la tête vers eux sans leur prêter plus d’attention que ça, je restais assez indifférent et acquiesçais. Qu’aurais-je pu dire en particulier ?
Peut-être fallait-il que je défende son cas, bien que ce n’était pas là ma volonté première. J’interagissais avec elle parce que sa personne me questionnait. Son allure, son tempérament, le fait qu’elle ne soit pas accompagnée et… le bracelet à son poignet. Difficile de ne pas le voir.

« Il me semble que la propriété privée est un droit sacré ici. Et si monsieur veut remettre cela en doute encore une fois, ce ne sera pas elle qui s’occupera de lui cette fois-ci. »

Mon regard n’était pas spécialement mauvais. Juste froid. J’analysais nos vis-à-vis pour être à même de répliquer et de leur faire face quoi qu’ils disent. Tout ce qu’ils voudraient serait sûrement de comprendre la situation et de calmer le tout. Autrement… nous verrions bien.
Personnellement, en tout cas, j’avais fait le pari que tout se passerait bien, et encore mieux, si je pouvais poser la main sur le bras de Mitsuo. C’était chose faite. Le lien étant visible par tous, même s’il s’avérait faux et contredisait mes propos au sujet de la propriété privée. Ce pouvait être une preuve suffisante. À condition que l’hybride le comprenne et sache se tenir…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mar 5 Mai - 13:50

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Je regardais la scène sans bouger, ni même ouvrir la bouche pour prononcer un mot, me retenant de grogner. J'écoutais ce que l'humain aux cheveux d'or disait, le regardant de temps à autres de coté d'un air méfiant, n'ayant aucune confiance en lui, comme en n'importe quel humain d'ailleurs. Même Hidan n'y avait pas le droit depuis que j'étais chez lui, et malgré tout ses efforts pour me rassurer. J'agitais légèrement ma queue, les oreilles légèrement en arrière, avant de sentir la main de l'humain se poser sur mon bras, aussitôt mes oreilles se plaquaient en arrière et ma pupille changeait, mais je me retenais un maximum d’émettre le moindre son ou geste agressif, au risque que tout ce qui vient de ce passer ne tombe à l'eau. Je voyais l'agent de sécurité qui avait parlé s'incliner devant mon pseudo maître, avant de se redresser le regardant droit dans les yeux.

- Désolé pour ce dérangement Monsieur, mais veillez quand même aux agissements de votre propriété.

Propriété ? Je déteste être comparée à un vulgaire objet, moi aussi je suis un être vivant, un être qui déteste ces personnes qui ont créés ma race un jour, juste pour pouvoir ce comparer à des dieux. Plutôt des démons oui, et j'espère que tout ces humains finiront leurs vies dans la douleurs et la souffrance, comme nous quand nous avons commencés à voir le jour. Je voyais les quatre hommes s'éloignaient, et je grognais d'un air mauvais en regardant l'humain qui venait de m'aider.

- Retires ta main ...

Je montrais les canines, le prouvant que j'allais l'attaquer rapidement si il ne faisait pas ce que je lui demandait toute de suite. Je n'accepte pas qu'un vulgaire humain, n'importe lequel, ne se permet de poser un doigt sur n'importe quel partie de mon corps. Le dernier à avoir essayer, qui était Hidan, qui a terminé avec mes mains autour de son cou, et mes ongles dans la peau de sa nuque, alors qu'il avait osé poser sa main sur ma poitrine pour la peloter, voulant apparemment voir quelle limite il devait imposer avec moi. C'était d'ailleurs complètement stupide, et dès qu'il est trop proche, il se fait remettre à sa place. Je continuais de regardais l'hommes aux cheveux blonds sans bouger, grognant de plus en plus en moins de deux secondes, attendant qu'il s’exécute.

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mar 5 Mai - 17:26

Les choses se déroulaient bien, et c’était tant mieux. Paisiblement, sans éveiller les soupçons, j’avais su gérer cette situation sans heurts. Pourquoi je l’avais fait pour elle ? Par curiosité, certainement. Parce qu’elle me semblait être une créature qui ne mérite pas de finir au bout d’une chaîne. Et puis, peut-être qu’au fond de moi, je m’étais dit qu’elle pourrait être une gamine intéressante. Qu’elle sache des choses utiles, je n’y croyais de trop. Mais rien n’affirmait qu’elle ne pourrait pas me servir, un jour ou l’autre. Et à ce moment précis, avant qu’elle ne me témoigne son caractère de cochon, je commençais à lui trouver quelques avantages non négligeables. D’une, cette inconnue attirait irrémédiablement le regard. De deux, ce même tempérament qui la conduirait à presque me menacer. Il s’agissait là d’une impulsivité fort appréciable pour bousculer les choses. Et puis enfin, le fait qu’elle ait compris quelles étaient les priorités n’était pas pour me déplaire. Alors je l’observais, de la tête aux pieds, après un signe de tête compréhensif pour la sécurité. L’homme molesté s’éloigné. L’hybride restait. Le tout se calmait. Elle pouvait s’exprimer.

D’un léger sourire, donc, je répondais à sa demande. Sans la lâcher dans un premier temps, je posais les yeux sur ma main et son bras d’une délicatesse appétissante. Nul doute qu’en d’autres circonstances, j’aurais pu maîtriser cette gamine et lui apprendre ce qu’il en coûte de me montrer les crocs. Sauf que ce n’était ni l’endroit, ni le moment. En silence, je plissais les yeux et retirais lentement mes doigts. Ma main s’éloignant petit à petit, je fixais ce regard plein d’agressivité, mais sans doute aussi de peur. Difficile de distinguer les deux. La volonté d’indépendance des mi-humains tient forcément à une frayeur de tout perdre. Être dominé. Soumis. Maltraité, peut-être. Possédé.

« Je te remercie d’avoir su tenir ta langue. Et le reste. »

Me disant qu’elle ne pourrait accepter de me témoigner de remerciement ou de gratitude pour mon acte accompli, je misais plutôt sur l’inversion de tendance. Elle n’avait pas attaqué, ne s’était pas retourné contre moi. En quelques mots, elle avait joué son rôle. La félicitant pour cela, je récupérais ma main pour la passer dans ma toison blonde. Il eut sans doute été agréable de lui caresser la tête, mais également assez dangereux. Pas pour moi nécessairement.

« Eh bien, je te laisse… vagabonder. Ce fut un plaisir, petite chose. »

Les mots étaient soigneusement choisis. Un peu de délaissement, puis un soupçon de provocation, pour un sourire qui ne coûte rien. Je m’amusais que ce genre d’animaux, à l’apparence si humaine, arpente le monde aussi simplement. Elle pouvait avoir un maître, au vu de son attirail. Moi, j’avais autre chose à faire. Mes courses, notamment, que je reprenais en la voyant du coin de l’œil, en attrapant une bouteille de lait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Jeu 14 Mai - 23:34

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Il réfléchissait, me regardant de haut en bas, avant de daigner à retirer sa main dans un léger mouvement de tête. Je reprenais alors un air plus neutre et moins agressif, regardant un peu autour en voyant la foule se disperser. Au final, tout c'était bien passé, aucun problème n'était apparu et je pouvais reprendre ma route tranquillement, voyant que j'étais finalement devant le rayon où je devais me rendre, pour trouver une bouteille de lait. Je regardais brièvement l'humain à la chevelure dorée, le voyant sourire légèrement, en plissant un peu les yeux, me remerciant d'avoir suivi le plan sans ouvrir la bouche une seule fois, et surement de ne pas l'avoir attaqué. Je baissais un peu le oreilles, m'apprêtant à prendre la bouteille de lait pour Hidan comme prévu à la base. Je ne disais rien, regardant juste la bouteille que je venais de prendre, avant d'entendre ces mots :

- Eh bien, je te laisse… vagabonder. Ce fut un plaisir, petite chose.

Petite chose ? Voilà bien une expression qui faisait redresser les poils de ma queue de rage, et qui avait le don de m'énerver. Il avait vraiment du cran pour s'adresser à moi de cette manière alors qu'il avait bien vu que je n'étais pas du genre à me laisser faire, était-il fou ? Décidément, les humains ont vraiment un problème. Je baissais mon bras, en serrant le poing sur la bouteille de lait que je tenais, me tournant vers lui avec un regard mauvais, ma queue s'agitant lourdement dans mon dos, signe de mécontentement. Pourtant, j'avais décider une autre manière pour l'énerver. Lorsque j'étais en cours d'éducation avec les autres hybrides, j'avais ma fâcheuse manie d'énerver mes dresseurs par la provocation, et cela m'amuser beaucoup. C'était donc le bon moment pour voir si je n'avais pas perdue la main, et de lui retourner ce qu'il me disait.

- De même vieux Monsieur, attention à ne pas vous briser un os en portant cette bouteille, c'est assez courant chez les personnes âgées.

Je le regardais d'un air défiant, me moquant un peu de son âge, car même s'il avait l'air de bien s'entretenir, son visage reflétait un homme d'une trentaine d'années et donc plus vieux que moi d'une bonne dizaines d'années, et au vu de ça manière de se tenir, il doit accorder une grande importance à son physique. Je laissais passer un sourire moqueur, redressant un peu mes oreilles, attendant de voir sa réaction à mon attaque verbale, me disant qu'Hidan pourrait attendre quelques minutes de plus pour obtenir sa bouteille de lait.

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Ven 15 Mai - 11:05

Nous étions sortis de l’auberge. Les empêcheurs de tourner en rond partis, je n’avais plus qu’à poursuivre ce pour quoi j’étais venu ici. Les courses, habituellement, n’étaient pas forcément d’un ennui mortel. Les faisant efficacement, je m’en sortais plutôt bien et ne perdais du temps qu’en arrivant en caisse. Seulement, là, cette petite interaction m’avait fortement ralenti. De premières minutes. Regardant ma montre et voyant que, de toute façon, j’avais toujours le temps, je prenais une seconde bouteille de lait. Et c’est là que les paroles fusèrent, derrière ma tête. Quand mes oreilles captèrent le son de sa voix – celle que je n’avais aperçu qu’en sentant son agressivité poindre – je réalisais que ce n’était pas tout à fait la même chose à présent. Il n’y avait plus là de trace de bestialité ou de violence. Ce n’était que la voix d’une hybride consciente de ce qu’elle est et de ce que sont ses prérogatives. Elle agissait comme je ne m’y serais pas attendu, et comme je n’étais pas préparé à recevoir les choses. Bien sûr, une telle réaction avait le devoir de m’amuser. Mais garder le masque de la froideur – et de celui qui venait de la sauver d’une rouste – était plus adéquat. Je la regardais de la tête aux pieds, avant de sourire et reprendre mon activité.

« Méfie-toi, tu n’aimerais pas avoir à subir ce que je fais aux gamines dans ton genre… »

Le simple fait de dire cela, de répondre avec une pseudo-menace à son attaque, me plaisait assez. J’aurais pu faire un petit rire moqueur plutôt que me contenter de sourire. Mais dans la vie, il faut y aller crescendo. Alors je lui faisais dos, avant de jeter une dernière œillade à cette bestiole.

« À ton âge, les petites hybrides devraient avoir assimilé ce qu’est la soumission et le respect envers les individus comme moi. »

Voilà. Tout était dis. Cette demoiselle pourrait-elle résister face à des paroles aussi nocives à son encontre ? J’en doutais. Le simple fait de l’avoir tenu un instant l’avait conduit au bord de la gaffe. Alors me jouer un peu d’elle ne passerait sûrement pas. Mais c’est cela qui m’intéressait. J’étais tombé sur une mi-humaine amusante dont je pouvais difficilement renier l’attrait. Venu ici pour des affaires à la fois personnelles et professionnelles, je risquais de trouver d’autres motifs pour rester. À moins qu’elle ne sache se contenir et me prouve qu’il n’est pas qu’un animal qui dorme en elle, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mer 20 Mai - 14:34

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Je continuais de fixer l'humain aux cheveux d'or, gardant mon sourire moqueur voulant le mettre sur les nerfs pour avoir une bonne raison de m'en prendre à lui ensuite. Oui c'était une très mauvaise idée et méchante en plus de ça, mais tant pis il faillait bien que je me divertie un peu de temps en temps, même si je cause déjà pas mal de problème à l'humain chez lequel j'habite de mon plein gré. J'agitais lentement ma queue, le voyant se retourner vers moi pour me regarder une nouvelle fois de bas en haut en me répondant que je n'aimerais pas subir ce qu'il fait subir aux gamines de mon genre  ... Une gamine ? Apparemment il avait bien compris que je détestais me faire insulter, et cela fonctionnais, je sentais comme une d’oppression au niveau de la poitrine, que je ressentais souvent quand j'étais sur le point d'exploser de rage. Je reprenais alors une expression plus froide, me retenant de l'attaquer, voulant continuer à jouer à ce jeu qui m'amuse au plus au point. Qui a-t-il de plus marrant que de rabaisser les membres de l'espèce humaine devant leurs propres congénères ? Rien du tout, du moins pour moi. Je continuais de l'écouter, alors qu'il me disait qu'une hybride de mon âge devrait avoir déjà assimilé la soumission envers un humain. A ce moment là je ne pouvais pas m'empêcher d'être prise d'un fou rire qui me restais quelques secondes avant de le regarder droit dans les yeux.

- Ce n'est pas de ma faute si les humains sont trop bêtes pour remarquer quand un hybride leurs porte de l'attention. Je vous ai juste dit de faire attention à ne pas vous casser quelques chose, vieil homme.

Je reprenais un peu plus mon sérieux, gardant quand même un sourire amusé par les réactions et les dires de cet homme. A croire qu'ils n'étaient pas tous ennuyeux à mourir. Je le regardais toujours dans les yeux prenant une expression différente en préparant ma phrase, ayant un air hautain inscrit sur mon visage.

- Et puis je préfère mourir que de me soumettre à des primates qui se prennent pour des dieux.

Avec ces mots, je visais en particulier toute la race humaine? qui voulait que les êtres comme moi qui ont été créée par eux, assouvissent leurs moindre désirs et caprices. Je gardais la même expression en attendant une réponse de l'humain que j'avais surement encore plus braqué avec ma réponse, mais je n'ai pas l'intention de mâcher mes mots avec lui. Surement allait-il prend comme exemple Hidan en disant qu'il est mon maître et que donc je me soumet à lui, mais la seule raison pour laquelle je reste chez cet humain accro aux serpents, c'est tout simplement parce qu'il m'est utile. Qui dirait non à être nourrie et logé gratuitement sans rien en retour ?

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mer 20 Mai - 22:23

Les choses commençaient à m’amuser. Pas les courses, évidemment. Mais le reste, oui. Cette petite teigneuse, là, me donnait verbalement du fil à retordre, et j’aimais cela. Physiquement, j’imagine que j’aurais pu la maîtriser en deux temps, trois mouvements. En dépit de ses grognements ou attributs animaux, je ne vois pas ce qui aurait pu la faire me tenir tête. Appeler au secours ou jouer les bêtes sauvages, peut-être. Voire appeler son humain. Il existait vraisemblablement quelqu’un pour l’avoir acheté, non ? Où était-il, je l’ignore. Mais il ne l’avait pas empêché de nuire à ma tranquillité. Comment ça, je m’étais jeté moi-même dans de beaux draps ?

« Tu es bien impétueuse pour quelqu’un qui aurait pu se prendre une rouste par la sécurité du centre commercial. Enfin, il n’est jamais trop tard pour ça… »

Je l’observais longuement, de la tête aux pieds, et jetais un regard en coin pour voir si personne ne suivait la scène. Mais les caddies passaient, ça et là. Le rayon, désert, n’avait que nous pour venir troubler son calme. Alors avançant bientôt lentement mais sûrement vers cette gamine, je trouvais très vite de nouvelles idées pour contre-attaquer. Sauf que tout ne pouvait être dit. Il y a amusement et vulgarité.

« Que dirais-tu que je prenne le risque de te soumettre, moi ? Je n’ai rien contre le fait de manger de l’hybride au déjeuner et de boire du lait de Kitsune… »


Ma bouteille à la main, je la regardais en souriant avant de replonger mon regard dans celui de ma vis-à-vis. Après mon déplacement, seuls quelques mètres nous séparaient, et je trouvais ma provocation de très bon goût. Un rien de perversion, un peu de menace, un soupçon de rapprochement, et les bases sur lesquelles elle se reposait pouvaient s’effondrer. Ou bien lui donner un appui pour relancer l’attaque. À elle de voir. Pour ma part, je mimais le geste de me lécher les lèvres avec appétit, avant de passer une main dans mes cheveux et mettre la bouteille dans mon panier. Cette demoiselle bien pourvue – tant de corps que de paroles – oserait-elle surenchérir ? Et si oui, jusqu’où irions-nous ? Il ne restait que peu de place à la provocation avant que quelque chose n’arrive. Je connaissais mes limites et doutais qu’elle parvienne à me faire aller au-delà. L’avantage d’avoir sa propre morale tient peut-être en ce que l’on est rarement choqué et plus proche de la liberté. Dans tous les cas, concernant cela, j’en connaissais sûrement un rayon de plus que cette mi-humaine forcément rattachée à un être de mon espèce et qui ne connaissait, pour seule liberté, que les vastes étendues d’herbe d’un jardin cerclé de hauts murs.

« Si tu veux jouer, jouons… »

Proposais-je en faisant encore un pas de plus dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mer 27 Mai - 21:22

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Je regardais l'humain en l'écoutant, ne disant rien en le laissant s'approcher, décidément il ne voulait pas lâcher l'affaire et s'avancer doucement vers moi, l'air de réfléchir avant de répliquer me disant qu'il n'était pas trop tard pour que la sécurité revienne pour me coller une correction. Je baissais alors un peu les oreilles à ses paroles, le regardant toujours sans rien dire. Il continuait d'avancer un peu, avant de se stopper à quelques mètres de distances, me demandant s'il pouvait essayer de me soumettre parlant de viande et de lait. Mon air amusé s'effaçait, trouvant finalement cet humain agaçant, surtout quand il se léchait les lèvres à la fin de sa phrase. Je le regardais d'un air froid, restant droite devant lui.

- Je doute être comestible, et un vieil homme de votre genre perdrait son dentier en mordant dans un morceau de chair.

Encore une fois je le piquais sur son âge, avant d'être stoppée par le bracelet autour de mon poignet qui se mettait à biper sans raison, je levais alors l'engin pour regarder, baissant complètement les oreilles, ayant mal à cause du bruit trop aiguë pour mes tympans. Je grognais légèrement, comprenant que c'était le signal comme quoi Hidan voulait que je revienne. Je rebaissais le bras réfléchissant un instant, me demandant si je devais y retourner ou alors me prendre une décharge ? Si cela ce trouve, il avait juste dit ça pour m'affoler et me donner une raison de revenir. Je regardais alors l'autre homme en reprenant mon air amusé à la limite du défiant.

- Je voudrais bien voir qui arriverait à soumettre l'autre. Et pis je ne suis pas contre le fait de goûter à de la viande humaine. D'après certains hybride c'est fondant sous la langue.

L'objet à mon bras arrêtait de biper pour l'instant, et je restais face à mon interlocuteur attendant de voir comment il allait "jouer" avec moi.

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Jeu 28 Mai - 14:58

C’était de la provocation. Tout bonnement. En tout cas, c’est tout à fait ce à quoi ça ressemblait. La jeune hybride n’avait peut-être que ça à me proposer, pour finalement fuir dès qu’elle n’aurait plus le choix. Pour ma part, je n’avais certes pas un très vaste lot d’opportunités, mais nul doute que je saurais m’y prendre s’il fallait aller plus loin encore. La défier, la soumettre ou la vaincre ne m’effrayait aucunement. Dans peu de temps, si nous continuions sur cette voie, je devrais faire un choix.

« Hmm… crois-tu vraiment que mon âge m’empêcherait de m’occuper de ton cas ? »

Il est certes peu d’individus qui se risqueraient à m’affronter de la sorte. Si par le passé, j’avais eu droit à des altercations nombreuses, que ce soit dans mes jeunes années, dans la rue ou sur quelques champs de bataille, je ne crois pas avoir jamais été confronté à quelqu’un capable de me vaincre par la violence et la force brute. Physiquement, je ne suis probablement le plus imposant, mais la brutalité de mes coups n’ont probablement d’égal que leur côté neutralisant ou létal.

« Je pourrais… »

Continuais-je, en finalement avançant de nouveau vers elle, si proche que l’un de nous pourrait toucher l’autre en tendant le bras.

« … peut-être commencer par te retirer cette chose. »

Je n’avais rien sur moi pour m’occuper de ce gadget. Mais quel qu’il soit, il pourrait difficilement résister au matériel que moi-même et les miens possédons. Ce devait être un dispositif civil – perfectionné et onéreux – mais il n’aurait pas une chance contre mon service. Et si cette proposition n’était qu’une tentation de plus, je n’aurais pas dit non au fait d’enlever cette gamine impétueuse.

« Mais il risque de m’être difficile de t’emmener loin d’ici sans un minimum de consentement de ta part. »

Là, je la regardais de la tête aux pieds. Cette petite créature était d’un acabit assez différent de ceux et celles qu’il m’avait été donné de rencontrer depuis mon arrivée sur l’île. Sa prestance et son caractère – en dépit de sa fragilité inévitable – n’enlevaient rien à sa joliesse. Et le fait qu’elle passe si bien du sourire narquois à cette expression quasi-absente me plaisait plutôt. Après, il serait difficile pour moi de dire qui, du professionnel ou de l’homme, voulait entraîner cette bestiole ailleurs. Nul doute qu’elle serait d’une compagnie distrayante pour l’humain. Mais que pourrait-elle m’apporter d’autre ? Ce n’était qu’un animal domestique, au fond. Certainement détenue par quelqu’un, et incapable de me fournir plus d’informations que de plaisir, je finirais probablement par lui attribuer plus un statut de chose que de personne. Et ce n’est pas là ce qui arrangerait les choses. Alors, remontant de ses jambes à ses yeux, en détaillant sa posture, sa tenue et son buste, je me frottais le menton d’un air réfléchi.

« Tu devrais partir, maintenant, голубка¹. »


Je résistais, tant que possible, à m’approcher davantage. Ce ne serait ni bienvenu, ni raisonnable. Je ferai donc demi-tour lorsqu’elle aura assimilé ces paroles et retournera là où elle est sûrement attendue.

1 : Petite colombe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mar 9 Juin - 0:47

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Je fixais l'homme aux cheveux blonds devant moi, l'écoutant me dire que ce n'était pas son âge qui aller l'empêcher de s'occuper de mon cas, à croire qu'il était encore plus sur de lui que ce que je pensais. Je le voyais ensuite avancer lentement vers moi, venant assez proche, disant qu'il pourrait m'aider à retirer cette chose. Presque automatiquement, mes oreilles redevenaient droite, et la tentation était trop grande d'un seul coup. Peut être que cet humain aller m'être utile au final et plus qu'un simple divertissement. Je ne disais rien pour le moment, réfléchissant quand même à sa proposition, ne voulant pas me lancer dans une situation qui pourrait mal tourner pour moi, continuant d'écouter ce qu'il disait en restant proche. Je le voyais me regarder une nouvelle fois de bas en haut, me détaillant presque sous tout les angles, avant de me conseiller de partir en terminant sa phrase dans une langue que je ne comprenait pas.

Je le regardais alors droit dans les yeux, levant mon bras avec le bracelet vers lui, pour qu'il le voit plus en détail, ayant finalement décidée d'accepter son offre même si ça aller attirer la colère d'Hidan. Après tout, mon but de base et de me sauver de cette maison et d'être libre, pour vivre comme bon me semble, pas de vivre chez un humain qui, malgré le fait qu'il me nourrit bien et essaie d'être toujours agréable avec moi, me demandant de le surveiller pour le défendre en cas de problème.

- Si je vous laisse m'aider, vous voulez quoi en échange ?

Je savais très bien qu'en général, une offre pareille demain souvent quelques chose en retour, surtout venant d'un homme pareil. Je restais face à lui, entendant le bracelet se remettre à sonner en m'envoyant une légère décharge qui me fit sursauter et couiner de douleur avant de grogner, voulant absolument me débarrasser de ce truc. Je relevais les yeux vers lui, baissant mon bras.

- Décidez vous, j'ai pas le temps d'attendre.

Je sentais le bracelet vibrer de temps en temps, et une léger douleurs dans le bras à cause de la décharge, sachant que j'allais bientôt en recevoir une autre si cet homme ne faisait pas son choix et vite.

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Mar 9 Juin - 9:29

Tandis que j'observais la jeune demoiselle, j'apprenais un tas de choses sur elle. Notamment qu'elle était le genre de créature que j'aurais aimé avoir auprès moi. Et ce, peut-être simplement au vu de son tempérament, et de cette allure qui convenait si bien. Parce qu'il faut bien avouer, après tout, qu'une attitude aussi agressive, doublée de traits si fins et juvéniles, rendait le tout très attirant. Mitsuo - dont j'ignorais le nom - avait sûrement ce qu'il convient à un hybride femelle pour survivre dans tous les milieux. Tant auprès des siens que parmi les humains, je savais qu'elle aurait toutes ses chances. Fière et insoumise, mais provocante et sans doute intéressante, je lui trouvais un petit quelque chose que sa double origine ne pouvait que mettre en valeur. Elle exprimait parfaitement ces deux versants : femme et animale.

"Toi."

Répondis-je, d'un ton assez tranchant. Moitié ironique, cette aurait toutefois le mérite de lui faire comprendre que je n'avais pas pas spécialement l'intention de passer par quatre chemins, et qu'elle avait dès à présent l'occasion de rebrousser justement sa route, de filer comme je le lui avais conseillé. Au fond, j'aurais pu me contenter de lui proposer de la libérer en échange de rien, mais ça n'aurait pas été fair-play. Les hybrides sont soit profiteurs, soit des profités. Et je n'entendais pas laisser encore un de ces individus s'en tirer juste pour satisfaire ma conscience. Surtout qu'elle l'avait cherché.

"Je suis prêt à miser ta personne qu'en une semaine... je t'aurai soumise. Ou bien tu seras effectivement libre."

Ajoutais-je pour donner du contenu à ma précédente réponse abrupte. La regardant encore, je fixais ses prunelles d'or liquide - presque semblables à des yeux de chat, ou à d'autres hybrides croisés plus tôt, comme si les humains avaient décidé de tester ces pupilles chez cette nouvelle race - puis saisissais son poignet. Et d'un léger élan, je l'attirais plus ou moins vers moi, histoire de constater l'engin y étant accroché.

"Mais je ne peux te l'enlever ici. Tu vois, je n'ai pas ma panoplie d'espion sur moi."

Un petit sourire amusé et je la relâchais. J'imagine qu'elle avait maintenant assez d'éléments pour être persuadée de partir. Peut-être la rencontrerait-il de nouveau une autre fois. Et ce serait avec grand plaisir. Mais pour le moment, elle devait comprendre le sens des priorités et éviter de tomber de Charybde en Scylla.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo] Sam 13 Juin - 14:37

Au temple de la consommation

feat Arkady Zmeya


Tu n'as pas peur d'avoir une cicatrice, humain ?

Alors que le bracelet fixait à mon poignet se mettait à trembler, annonçant surement une nouvelle décharge, j'écoutais l'homme aux cheveux d'or qui répondait à ma question, parlant d'un ton sec et bref, me formulant que c'était moi qu'il désirait en échange de ce service. Je baissais les oreilles en écoutant la suite de ses propos, l'entendant dire qu'il serait prêt à parier qu'il arriverait à me soumettre en moins d'une semaine, et que dans le cas contraire je serais totalement libre. Je ne bougeais pas de ma place, réfléchissant à la situation, me disant que ça ne sera jamais pire que ce que j'ai subit au centre de redressement pendant plusieurs années, et que cet homme n'était qu'un amateur par rapport aux dresseurs.

Il arrivait ensuite vers moi, me tirant le bras pour regarder ce qui me faisait souffrir et qui m'empêchait aussi de me tirer d'ici, disant qu'il ne pouvait pas me le retirer ici puisqu'il n'avait pas le matériel adéquat sous la main, et que donc je devais forcément le suivre si je voulais absolument le retirer. Il me relâchait avec un léger sourire, se décalant en arrière de nouveau, attendant surement que je répond. Mes oreilles se redressait légèrement et je le regardais de nouveau dans les yeux avec un sourire qui me donnait l'air de le prendre de haut.

- De toute manière, même si j'accepte vous n'arriverez jamais à me soumettre, quelques soit votre technique.

Torture physique, membre cassés, manque de nourriture comme d'eau pendant plusieurs jours, tout ça, je connaissais très bien, même trop. N'ayant jamais été une hybride obéissante et soumise, les dresseurs n'ont jamais étés tendres avec moi, qu'importe la situation dans laquelle on se trouvait, je me faisais toujours maltraiter et ce n'est pas pour autant que j'ai cédée durant toute ces longues années. Je suis forte et je le sais, aucun humain sur cette foutue planète n'arrivera à me mettre à ses pieds, quitte à en mourir. Alors cet homme ne me fait en aucun cas peur, et l'enjeu de cette proposition vaut la peine que je souffre sept jours de plus.

- Je ...

- Mitsuo !

Alors que j'allais m'apprêter à accepter son offre, ayant à peine ouverte la bouche pour lui répondre, mes oreilles se plaquait en arrière, entendant une voix familière, celle de l'humain qui était considéré comme mon maître depuis mon achat. Je me retournais vers lui en soupirant, pensant qu'il n'était qu'un poids et que je ne pouvais pas fuir devant lui au risque de me faire blesser par le gorille (son garde), qui se tenait juste à coté de lui.

- Enflure ...

Je grognais en regardant Hidan qui se tenait plusieurs mètres derrière moi, attendant surement que je revienne vers lui comme une gentille hybride. Je soupirais ensuite regardant l'inconnu qui était toujours à coté de moi, ne disant plus rien, mais bien obligée d'abandonner l'idée.

- On verra ça une prochaine fois.

Je m'éloignais ensuite avant que mon "maître" ne déclenche une nouvelle décharge, ayant le bras encore engourdie par la précédente. Me disant que la prochaine fois que je croise cet homme j'en profiterais pour prendre ma liberté.

(c) Code par Calys de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Au temple de la consommation [PV Mitsuo]

Revenir en haut Aller en bas

Au temple de la consommation [PV Mitsuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybride ou Maître ? v2 ::  :: Centre commercial-