[NC-16] Bienvenue à Géolia ! Oubliez les robots pour vous servir ! Les hybrides sont là !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Quand les mort valent plus que les vivants [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Quand les mort valent plus que les vivants [Fini] Lun 20 Avr - 0:08


 

 
HIRUKO ZAPHKIEL

 
Nom :
Zaphkiel
Sexe :
Masculin
Âge :
24 ans
Groupe :
Good Master
Race :
Humain
Métier :
Croque-mort/Fossoyeur... Et plus ? ♥
Orientation sex. :
Hétérosexuel
Statut social :
Moyen

 
Pseudo :
Hidan alors ?
Âge :
18 ans
Tu nous as trouvé comment ? :
Je suis un double-compte
Des suggestions ? :
J'ai déjà assomé les Admins :p
D'autres comptes sur le forum ? :
Hidan Jinko
Code du règlement :
Validé ~



A propos...

 
PHYSIQUE - Ce qui frappe en premier chez Hiruko c'est sa longue chevelure d'argent, d'aussi loin qu'on peut le voir c'est la chose qui le caractérise le plus et qui permet de le reconnaitre presque en un clin d’œil. Puisqu'on démarre par ses cheveux, autant redescendre sur son visage, ses yeux reflètent la malice et l'espièglerie à le perfection, mais la douceur est aussi en rendez-vous. La couleur de ceux-ci ? Un vert digne des émeraudes les plus éclatantes, son regard arrive à déstabilise la plupart des personnes qu'il croise, et le charme qui s'en dégage lorsqu'il le désire ne laisse que très peu de demoiselles indifférentes. D'ailleurs, en parlant de ses yeux, une longue balafre traverse son visage en partant de son arcade sourcilière gauche pour ressortir par sa joue droite, marque d'affection de son passée qui saute aux yeux et intimident encore plus. Malgré cela, les traits de son visage restent fin et fait d'Hiruko un jeune homme très élégant et attractif. Pour parler de son corps en général, il possède une peau assez pâle, le jeune homme vivait plutôt la nuit dans ce qu'il appelle son "ancienne vie" et il n'a donc pas pu profiter du soleil pour garder une teinte de peau plus commune. Musclé, il l'est, son travail le force à maintenir ses aptitudes physiques pour manipuler autant les corps que les cercueil, certes il vit dans un monde très noir mais ce n'est pas une raison pour se laisser abattre ! Pour ce qui est de la taille, il mesure un peu plus d'un mètre quatre-vingt, pesant simplement une soixantaine de kilos. Son style vestimentaire fait aussi sensation, coiffé d'un chapeau de couleur noire dès qu'il sort, le style de celui-ci dépendant du temps qu'il fait, il est aussi principalement habillé d'un long manteau noir, parsemé de chaines et équipé à plusieurs endroit de montre à gousset qu'il chérit plus que tout. Il maintient une certaine classe quoi qu'il arrive, même s'il se prête à l'autodérision très facilement s'il peut permettre de donner sourire aux autres.
CARACTÈRE - Hiruko est tout sauf une personne dangereuse au premier abords, il est toujours souriant, adore faire des blagues qui sont plus ou moins décalées et surtout celles qui dérange tout le monde. Maitre de la farce, il n'hésitera jamais à essayer de se moquer par divers moyens parfois assez gênant, il aime aussi se mettre lui-même dans des situations cocasse pour impressionner ou juste amuser la galerie. Très vivant, cet homme ne s’ennuie presque jamais et trouve toujours quelque chose à faire, à proposer, quand bien même certaines choses n'ont ni queue ni tête. Il est assez gentil avec tout ceux qu'il croise, comme-ci cela devait être inné chez tous le monde, il n'hésite jamais à aider ceux qui en ont besoin aussi. Il est assez souple, mais ne supporte pas une chose en particulier, cela l'ayant gravement touché à une époque, le fait de violenter une femme le met hors de lui. Pourtant, personne ne vit de cette simple manière et malgré cela il n'en reste pas moins étrange, dans le sens ou il peut devenir flippant. Son passé à fait de lui une personne pouvant rire de tout, même des pires choses, et c'est pour ça que son ancienne vie de Traqueur fait parfois surface, surtout lorsqu'il s'agit de faire une frappe préventive pour protéger ceux à qui il tient ou pour rembourser des dettes presque infini...
HISTOIRE - Vous voulez que je vous parle de mon ancienne vie ? C'est pas tout les jours que j'accepte ce genre de choses, mais puisque je le dois. Il y a 24 ans de ça, je naissais, presque rien en quelque sorte, c'est bien ma mère qui a fait tout le boulot, bien que ce soit d'un paradoxe complet, mon père est mort pendant l'accouchement. Non non, ce n'était pas lui qui était enceinte, disons que mon père bossait très tard, dû se ramener au plus vite à l’hôpital pour être prêt de ma mère et un accident de voiture s'opéra. Il ne fut pas le seul, un camion s'est en fait couché sur la route suite à un carambolage, mon père était en dessous d'après la presse, deux autres femme et un enfants étaient mort aussi dans cet accident. Ce sont des choses qui arrivent, moi je ne suis pas triste je ne l'ai pas connu. Ma mère m’appelait donc Kaoru, oui ce n'est pas le même nom que sur ma fiche d'identité n'est-ce pas ? Ma mère a toujours voulu m'appeler Hiruko, mais mon père refusait, il préférait Kaoru et en dernière volonté ma mère a fait le choix de me donner ce prénom.

Je grandissais bien, la vie monoparentale n'était pas du luxe, ma mère pleurait souvent, pas aussi souvent que quand j'étais encore qu'un bambin je vous rassure, mais dès qu'elle entendait parler de mon père ou de ce qui s'y rapprochait elle ne pouvait pas retenir ses larmes. Mon éducation n'en était pas tâchée pour autant, j'apprenais à l'école comme tout le monde, montant en classe comme n'importe quel gamin. Mon vrai premier soucis arrivait quand j'avais douze ans, ce n'était pas grand chose, juste un groupe d'élèves plus âgé que moi avait décidé de me prendre à partie, j'avais des cheveux de couleurs anormale et cela leur déplaisait apparemment. Je pris une sacrée raclée ce jour là, l'absence de mon père ne m'avait pas aidée à savoir me battre, même sans chance contre trois plus grand j'aurais au moins essayé si j'avais eu des connaissances... Ce scénario se présentait à moi de manière hebdomadaire, jusqu'au jour où un autre plus grand est venu m'aider, ce n'était pas quelqu'un du collège, il était carrément au lycée.

Uta, c'était son nom, il était assez classe et fort, il me donnait le sourire, pour moi c'était devenu comme un grand frère, un vrai grand frère. Je ne savais pas pourquoi il avait jeté son dévolu sur moi, mais il voulait me défendre, et quand il me demandait pourquoi je me faisais embêter je n'avais d'autre choix que de lui dire que c'était à cause de mes cheveux. En fait, c'est lui qui m'a fait promettre de ne jamais les couper, il disait que si on m'embêtait sur quelque chose, je devais m'affirmer encore plus, ne jamais baisser les yeux, toujours défier ceux qui voulaient me restreindre. Il était un peu comme un de ces voyous qui s'amusait à transgresser les loi mais je l'aimais bien. C'est donc sous son aile que je développais mon éducation, non pas mentale mais physique, il m'apprenait à me défendre, où viser.

Je revenais avec encore plus de bleu qu'avant, ma mère s'inquiétait beaucoup sur mon cas et j'étais d'autant plus en conflit avec elle quand elle me demandait ce que je pouvais bien faire. Je ne vuolais pas faire de mal à ma mère, mais comment lui expliquer que j'avais rejoins une personne comme Uta ? Un groupe de voyous, penserait-elle, et c'est malheureusement bien dans la direction que j'allais. Je séchais les cours, je prenais des air agressif, je devenais un vrai petit con, il faut l'avouer, rien qu'à mes seize an je commençais à chercher la bagarre à mon arrivée au lycée. La tignasse grises, c'était comment ils m'appelaient dans la classe, je n'étais pas une légende urbaine loin de là, mais le groupe dans lequel j'étais, lui, donnait du travail au journaliste. Dégradation, combat illégaux, vol, viol, commerce de drogue, voilà le milieu dans lequel j'étais tombé, ma mère n'en a jamais su un seul mot. Pour ma part j'étais qu'un simple initié, Uta me gardait près de lui, pensant que j'avais du potentiel, il voyait ça dans mes yeux.

Un an plus tard, je commettais mon premier vol sous la surveillance de mon grand frère, le cœur battant la chamade, la chaleur, la presque perte de connaissance à cause de la pression du moments, tout était assez amusant. Les sensations étaient sympathiques, mais les sanctions l'étaient beaucoup moins, par chance je n'ai jamais eu l'occasion de me faire attraper par les autorités, ne participant qu'à peu d'actions. Je restais donc à dealer, à faire des mauvaises choses pendant deux ans, avant de trouver un travail, avant qu'Uta ne me trouve un travail. J'étais à présent croque mort, du moins après des formations et des études pour, à peine mes 21 ans acquis j'étais dans mon propre établissement, chef de mes propres projets. Mais tout commençait à partir en vrille, plus que jamais...

Uta avait bien vieilli, il avait soif de pouvoir et le temps n'a pas été de très bon ami, il avait réussis à intégré la mafia, et je fus obligé de le suivre, j'avais une lourde dette envers lui, et je ne voulais pas trahir mon honneur. Ma boutique, comme je me plaisait à l’appeler, était une sorte d'abris de gang, il se passait beaucoup de chose une fois la nuit tombée... Corps qui devaient disparaitre, argent qu'on devait cacher, demoiselle qui n'avait rien demandé à personne et qui était passée par la mauvaise rue... C'est en fait ce soir là où tout basculait réellement...  J'avais été mauvais, c'est certains, jamais je n'aurais pourtant violer une fille, je ne pouvais pas supporter un tel degrés de choses, et encore moins sous mes yeux ou dans ma boutique... Je tentais de m'interposer, Uta avait bu, il sortait alors son canif, je ne voulais pas me battre avec lui, mais il était saoul et allait vraiment finir par me blesser. Seulement, il n'était pas seul, il avait des amis qu'il jugeait apparemment mieux que moi à présent, des coups dans le ventre, dans les cotes, dans la figure... Un seul réel coup m'avait fait mal, très mal... Le coup qui m'a défiguré à jamais, ce coup de canif qu'Uta a essayé de dessiner finement mais totalement loupé à cause de son incapacité à rester lucide.

J'eus la chance de pouvoir appeler une ambulance, ils sont en effet partit après avoir mis la boutique en feu, me laissant à l'agonie avec cette femme à l'intérieur. Je ne sais pas si c'est un ambulancier ou un pompier qui m'a sortit de là, mais les flammes m'avaient presque laissé intact, une marque de brulure au niveau de l'épaule mais rien de plus comparé à la fille qui a malheureusement hurlée toute la nuit, elle est morte en se vidant de son sang, coup de couteau dans le ventre, ou peut-être trois en fin de compte, et par les flammes. Ma mère fut mise au courant assez rapidement, du moins c'est ce que je pensais, les urgentistes essayèrent, le téléphone sonnait sans cesse. Je restais à l’hôpital seul, personne ne savait que j'avais survécu, ma mère, elle, était morte. On m'apprenait la nouvelle deux jours après que je sois sortit du bloc opératoire. Je n'avais plus personne, Uta s'était occupé de ma mère, j'avais refusé d'entendre les détails de la choses, je devais m'en remettre malgré les larmes. Je comprenais enfin pourquoi ma mère avait tant pleurer quand j'étais enfant, pourquoi est-ce qu'elle ne voulait pas que je traine avec ce genre de type.

Je sortais de l'hopital deux semaines suivant, j'avais décidé de fuir pendant la nuit, mes soins n'étaient pas terminé mais j'avais assez de connaissances pour pouvoir m'en sortir seul à présent. A partir de là, je vivais dans une sorte de peur constante, je ne pouvais pas rester comme ça, à me retourner au moindre bruit, dévorant mes doigts lorsque j'avais oublié de fermer la porte à clé, de peur qu'ils ne reviennent pour en finir... La meilleure défense est l'attaque, c'est donc pour ca que j'ai été voir Zack... Zack, c'était un vrai monstre, un requin, une personne à qui accorder sa confiance signifie la mort... J'avais cependant de l'argent, l'héritage de ma mère et mon père, et lorsqu'on a de l'argent, Zack est un sacré agneau aux dents de loup. Je lui parlais de mon problème, je réclamais vengeance, il me proposait un accord, en échange d'une grosse somme d'argent soit presque 80% de l'héritage il s'engageait à me rapporter Uta ici même, dans deux jours. Il me demandait alors un nom, il ne me connaissait pas vraiment il m'avait juste vu, Stitches, c'est le nom que je lui donnais, amusé il acceptait sans broncher.

Je revenais alors deux jours plus tard au soir, dans un entrepôt où il avait fini par chopper Uta ainsi que ses acolytes. J'étais là, entouré de deux hommes armés qui étaient les sous-fifres de Zack, je comprenais bien ce qui allait se passer. Zack avait envie de jouer à une sorte de jeu, il avait amené trois personnes avec un sac sur le visage, il me demandait de tuer Uta, evidemment de manière totalement aléatoire... Il me donnait le pistolet en riant, il me disait que si je voulais avoir seulement la personne à tuer je devais payer plus. Je prenais donc le pistolet avec hésitation, je revoyais toute la vie que j'avais eu, finalement je n'étais pas si mal tombé que ca, pensais-je. Je pointais le canon vers une personne, un tir, puis une autre, second tir, la troisième n'y échappait pas non plus. Zack était alors un peu abasourdit, il avouait qu'il ne s'attendait pas à ça, il pensait que j'allais me mettre à hésiter comme tout le monde, il trouvait ma manière d'agir bien trop cruelle. Mais la vie ne m'a pas fait de cadeau, et encore moins maintenant. Zack avait préparé son coup, il avait mis dans le lot un de ses hommes dont il s'était lassé, en le tuant j'avais une dette envers lui.

C'est ainsi que Stitches continua à exister, ce nom était mon nouveau nom. Rien d'autre, je devais être au service de Zack dans son réseau de tueur à gage pour 1 an, il disait que je devais rembourser l'homme qu'il venait de perdre. Au final, j'ai côtoyé la mort plus que n'importe qui lorsqu'on y repense. Pourtant cette chose a finit par me dégouter que vers la fin de cette année de service, j'avais fait des choses horribles, à des personnes qui n'était pas innocentes certes, mais qui ne méritaient peut-être pas ça. J'étais même devenue une personne horrible avec le temps, mais j'avais choisis de m'arrêter pour de bon, je ne pouvais pas me faire avoir de tous les cotés, aller d'un gang à un autre sans arrêt, ma mère devait être folle de rage en me regardant... Je demandais à Zack des faux papiers, une nouvelle identité, il me disait que ça allait me couter cher, en réponse je lui donnait tous l'argent que j'avais accumulé à son service, obligé d'accepté, il me fit ce qui fallait. Je voulais changer de vie, laisser tout ce bordel, il faut l'appeler ainsi, derrière moi. Je devais aller jusqu'à quitter le Japon, c'était obligatoire. Zack m'avait conseillé un endroit, Géolia, une ile en pleine expansion économique qui avait besoin de main d’œuvre, et il précisait que comme ça il pouvait toujours me contacter pour des petits travaux. Je ne refusais pas, je n'avais pas le choix, malgré mon tempérament inflexible si je n'acceptais pas son marché je n'étais pas sur de quitter la pièce et dans le doute je m'exécutais...

Je partais alors par avion, Géolia était ma destination. J'avais encore de l'argent sur moi, le reste de l'héritage. De quoi louer un studio et de trouver un petit travail pour finir par m'intégrer à l'ile. J'étais étonné de tout ce qui pouvait se passer ici, entre les hybrides, les trafic et autres choses exotiques du genre. J'avais au final quitté une embrouille pour en trouver d'autre, du moins c'est ce que je me disais. J'avais du mal à m'en sortir, mais le passé me rattrapait assez rapidement, Zack recherchait une personne qui avait fuit jusque Géolia sans le payer, étant sur place il me chargeait de ce genre d'affaire en échange d'un paiement conséquent. Je comprenais qu'il m'avait au final amené ici pour une raison précise, j'allais devoir exécuter les personnes qui partaient vers l'El Dorado sans régler leur compte avec Zack... Le travail avait été réalisé rapidement, sans accroc, sans faille, le client a payé, mais qu'il le fasse ou pas j'étais chargé de le tuer, un simple ouvrier avait donc disparu sans laissé de trace. La paye était bonne, non pas en argent réel, Zack débloquait des fonds de son côté pour acheter un local, je devais en faire ce que je voulais, forcement je choisissais d'accomplir ce que j'ai toujours su faire : Croque mort à son compte. Et voilà donc comment je vis depuis une bonne année et demie, j'ai l'impression de plus côtoyer les morts que les vivants et suis heureux quand on me rends visite en tant que chaire marchante et non pas comme un cadavre roulant... J'accomplis de temps à autre, environs deux à trois par ans, des travaux pour Zack, on ne chasse jamais vraiment ce qu'on est après tout, et ajoute toujours comme signature mon pseudonyme donné à cause de ma cicatrice. Et mon nouveau vrai nom ? Hiruko, après les volontés de mon père, autant que j'accomplisse celles de ma mère...
(c) Reira de Libre Graph'

Revenir en haut Aller en bas
Kinsuke Yamaga
avatar

Admin chiant ~
Admin chiant ~
Messages : 92
Date d'inscription : 28/03/2015
MessageSujet: Re: Quand les mort valent plus que les vivants [Fini] Lun 20 Avr - 1:19

Rebienvenue sur le forum !


Belle présentation , je te valide et n'oublie pas que tu dois recenser ton avatar ici :

http://hybridoumaitrev2.forumactif.org/t7-liste-des-avatars-pris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Quand les mort valent plus que les vivants [Fini] Lun 20 Avr - 3:23

haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan Undertaker *Q* bave*  Bleh  Fangirling  Hihi  Wink bon ok .... Kill

Rebienvenu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Quand les mort valent plus que les vivants [Fini] Lun 20 Avr - 13:06

Merci pour les re-accueil et pour la validation de ce personnage~

Mitsuo : Bahwoui qu'il a la classe hein ? ♥
Revenir en haut Aller en bas
Haku
avatar

Fondatrice ~
Fondatrice ~
Messages : 241
Date d'inscription : 22/03/2015
Age : 19
Localisation : Dans mes pensées

Feuille de personnage
Race (si hybride) : Cerf blanc
Hybride / Maître de : Seishi Kagama
Quartier : Commun
MessageSujet: Re: Quand les mort valent plus que les vivants [Fini] Mar 21 Avr - 16:27

Bienvenue un peu en retard.

... Et j'approuve Under'. Salive

_________________
Who am I ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hybridoumaitrev2.forumactif.org
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand les mort valent plus que les vivants [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Quand les mort valent plus que les vivants [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybride ou Maître ? v2 ::  :: Présentations :: Validé !-